Association Roumaine pour la Défense et l'illustration de la Langue Française Association Roumaine pour la Défense et l'illustration de la Langue Française
amifran
 
  • Association
  • Le Festival
  • Les Amifrans
  • Formation
  • A venir
  • Liens
  • Dossier de presse
  • Archives
  • Contact
 

On ne badine pas avec l’amour
d’Alfred de Musset

Distribution:
Le Baron: Cristian Calbeaza
Perdican, son fils: Andrei Frandes
Maître Blazius, gouverneur de Perdican: Simion Zait
Maître Bridaine, curé: Sam Nasta
Camille, nièce du Baron: Adelina Bulibasa
Dame Pluche, sa gouvernante: Denisa Lile
Rosette, soeur de lait de Camille: Blanca Doba
Le Choeur (paysans, valets, religieuses):
Cristina Cincu
Stefan Puscasu
Nic Furnica
Sara Tagaduan
Alexandra Blajovici
Simina Nicolaescu
Maia Mihon

Scénographie et costumes: Luminita Penisoara
Projections vidéo: Laurian Popa
Accompagnement sonore: Andrei Frandes
Mise en scène: Florin Didilescu
Durée du spectacle: 70 minutes

A la fin de ses études, Perdican rentre au château paternel accompagné de son gouverneur Blazius. Le même jour, escortée de dame Pluche, arrive aussi sa cousine Camille qui sort du couvent. C’est le Baron, père de Perdican, qui a combiné la rencontre: il veut marier ces enfants « qui s’aimaient fort tendrement dès le berceau ». Mais Camille, qui a tellement entendu dire de mal des hommes, a peur de l’amour, repousse Perdican et décide de retourner au couvent. Cette résistance rend Perdican amoureux de sa cousine. De dépit il descend au village et fait la cour à la naïve Rosette, sœur de lait de Camille. Le duel de Camille et de Perdican se termine tragiquement par le sacrifice de l’innocente Rosette.

En choisissant d’explorer ce texte romantique, l’Amifran essaie de mettre en valeur ses composantes durables: la finesse de l’analyse psychologique des personnages principaux- l’imprudent Perdican et la fière Camille contractée devant la vie et glacée par le couvent- le conflit issu de l’opposition de leurs destinées anxieuses qui se cherchent, se fuient, ne s’atteignent qu’à travers la mort des autres pour se perdre aussitôt à jamais, ainsi que la beauté de la langue qui exalte le sentiment de l’amour comme la recherche ardente de l’absolu.


 

 


© Amifran 1991 - 2017