Association Roumaine pour la Défense et l'illustration de la Langue Française Association Roumaine pour la Défense et l'illustration de la Langue Française
amifran
 
  • Association
  • Le Festival
  • Les Amifrans
  • Formation
  • A venir
  • Liens
  • Dossier de presse
  • Archives
  • Contact
 

Le Festival - Girouette - 2003

AMIFRAN 12 ans
Octobre 2003
Nr. 3

Girouette de la nuit

 

Paris a un jour de congé
Sofia - BULGARIE

Lundi après-midi à l´aide de la troupe “Les Tatous” de Bulgarie, on a fait une excursion dans un village imaginaire au nom de Tcherkazki.
Les acteurs se sont transformés dans des paysans et ils ont essayé de trouver des réponses aux questions qui sont toujours présentes dans l´esprit humain: “Qu´est-ce que le bien et le mal?”
Les jeunes de Bulgarie ont porté des costumes populaires très beaux. Ils ont réussi à attirer l´attention des spectateurs premièrement par les chansons d´amour dédiées au père de la famille et au printemps et deuxièmement par le jeu des lumières et à la fin par une danse qui voulait exprimer une vieille tradition bulgare par laquelle les filles prennent l´icône pour passer par la cendre et ainsi se purifier. Cette danse a mis en évidence leurs qualités de joueurs d´un “théâtre total”
On a eu de tout: musique, danse, chanson, lumière et traditions, des plus anciennes jusqu´aux plus modernes. Ils nous ont émerveillés par leur talent artistique et ils nous ont fait connaître la beauté du folklore bulgare.
Nous avons remarqué aussi les masques qui ont été faites par les acteurs mêmes. Dans leurs traditions ces masques servaient à chasser les mauvais esprits.
Avec cette pièce la troupe bulgare a gagné le Festival francophone de Bulgarie, et pour cela ils ont eu plus de confiance en leur réussite.

Tiana Mitrici, Angela Dehelean, XIe C
Lycée Pédagogique “Dimitrie Tichindeal”

IMPRESSIONS:
Sophie Huck, France: J´ai beaucoup aimé les chants et les danses: En grand, c´était bien, mais on a eu du mal à comprendre car il n´y avait pas d´histoire et de fil entre les scènes.
Emanuela, Timisoara: J´ai aimé la musique, ils ont très bien chanté. J´ai aimé le lien entre la langue française et la langue bulgare.
Miron, Baia Mare: Les Bulgares ont présenté un spectacle très bon et intéressant, avec une chorégraphie vaste. On a vu qu´ils avaient travaillé beaucoup.
Julie Gerfaud, France: La pièce a été très bonne pour la musique et les danses variées. Les acteurs ont présenté très bien leur culture.
Radu Aldulescu, Timisoara: Ils ont chanté, ils ont dansé, ils ont tout fait pour attirer l´attention des spectateurs. Je regrette de ne pas être Bulgare pour avoir compris les chansons.
Andrei Teslaru, Timisoara: Un spectacle folklorique extraordinaire, un echorégraphie parfaitement réalisée. J´ai bien aimé leur pièce.
Fanny, Québec: J´ai bien aimé le travail corporel et de la voix. C´était un spectacle excellent.
Andreea, Bucarest: J´ai aimé leur danse et la musique. Je n´ai pas compris le thème.


La mégère apprivoisée
Curtea de Arges - ROUMANIE

La troupe de Curtea de Arges nous a placé à l´époque de la Renaissance en nous montrant une version française de la pièce de Shakespeare.
Fil narratif facile à suivre: il y avait deux soeurs dont l´aînée était une harpie et la cadette douce et gentille. Le chagrin de la dernière était qu´elle voulait se marier, mais la tradition l´empêchait de le faire avant le mariage de sa soeur aînée. La chance en lui souriant, elle allait à la fin à se marier après le mariage de Catalina et Petruchio. Celui-ci réussit à apprivoiser l´aînée qui donna (surprise!) une leçon de bonne épouse soumise à la volonté de son mari à sa soeur Bianca.
Les acteurs, en beaux costumes d´époque, ont essayé de nous transmettre du Shakespeare, mais ils ont joué comme si c´était du Molière car ils ont perdu la sobriété et la froideur anglaise et ils les ont remplacées par l´humour et la bonne disposition à la française.
Musique, costumes, mouvements sur scène, voilà ce qui a éveillé l´intérêt du public.

Sorina Socol, Simina Danciu, XIIe C
Lycée Pédagogique “Dimitrie Tichindeal”

IMPRESSIONS:
Matteo Concas, Italie: Très beaux costumes, une bonne scénographie, mais ils ont fait trop de pauses et trop de bruit. Des acteurs doués, les personnages drôles, mais à un moment donné je n´ai pas pu distinguer les visages à cause des costumes et des perruques. Quand même, tout a été adapté à l´époque de la Renaissance.
Stéphane, Belgique: J´ai pas bien compris le sujet de la pièce parce qu´ils n´ont pas articulé les mots, je n´ai pas bien compris leur français.
Fanny, Québec: J´ai eu la difficulté de comprendre le texte. L´ambiance a été coupée par la chute du rideau.
Dmitri, Moscou: J´ai bien aimé la musique. Les costumes aussi.
Timothée, Moscou: C´était une bonne adaptation. C´était pour la première fois que j´ai vu Shakespeare interprété au festival.
Benoît, Québec: Je n'ai pas tout compris, mais j'ai aimé le jeu et les costumes.
Marco, Italie: J'ai aimé beaucoup les costumes. Ils ont joué vraiment bien.


Les présentateurs et les présentatrices de l'Ecole Générale no. 22

La sorcière de la rue Mouffetard - Le bourricot
Târgu-Mures - ROUMANIE

Les acteurs du Lycée Pédagogique et du Collège Economique de Târgu-Mures nous ont proposé la mise en scène de deux pièces de Pierre Gripari. La première, La sorcière de la rue Mouffetard, c´est l´histoire connue d´une vieille et laide sorcière qui veut gagner la jeunesse perdue en mangeant une petite fille dont le nom commence par la lettre “N”.
Le public a beaucoup apprécié le maquillage de la “belle sorcière”, sa figure expressive, le jeu scénique qui ont provoqué un effet comique exceptionnel. Les acteurs ont bien interprété leurs personnages.
La deuxième partie, Le bourricot, inspirée d´une farce japonaise, pose le problème de la pauvreté qui conduit un homme à vendre sa femme comme bourricot parce qu´ils n´avaient de quoi manger.
Si la première partie était soutenue par le jeu exceptionnel de la sorcière, la deuxième se remarque par le comique de situation et de langage.
Le public, entraîné par la musique, récompensa les acteurs et leur jeu par de longs applaudissements.

Fimia Simandan, Cristina Turturea, XIe C
Lycée Pédagogique “Dimitrie Þichindeal”

IMPRESSIONS:
Matteo Concas, Italie: La sorcière de la rue Mouffetard, je l´ai aimée... La pièce a été un peu simple. J´ai bien aimé la scénographie.
Irina, Dej: J´ai bien aimé la sorcière parce qu´elle a eu un beau costume et elle parlait très bien le français.
Andrei Teslaru, Timisoara: J´ai aimé la scénographie, le décor a été vraiment intéressant et le plus réussi. La deuxième partie de la pièce a été belle et amusante, mais la musique aurait pu être plus variée.
Lucas, France: C´était une pièce rigolo, j´ai aimé la sorcière qui a eu un bon rôle. J´ai aimé surtout la deuxième partie avec le bourricot.
Oana Donca, Baia Mare: C´était une belle pièce, les acteurs de Târgu-Mures, je les ai vus l´année passée aussi et l´on voit très bien qu´ils ont gagné de l´expérience. J´ai aimé la communication avec le public.
Vesselka, Bulgarie: Les personnages ont impressionné le public par leur force de prestation. La musique a bien accompagné l´action. Les costumes ont été très adéquats. C´était vraiment magique.
Laurent, France: J´ai aimé beaucoup le début. J´ai aimé surtout la sorcière qui a bien joué son rôle.
Emilian, Constanta: Une pièce énergique, des costumes gais. On a remarqué qu´ils ont beaucoup travaillé pour préparer cette pièce.
Pablo, Espagne: C'était bien. Je crois que c'était très bien mis en scène, les vêtements était aussi très bien faits, mais il aurait été mieux d'avoir plus des personnages.


L'île des esclaves
Moscou - RUSSIE

La pièce, qui nous annonce que le salut ne peut venir que d’un élan du coeur, de la compassion et non d’un régime qui corrige les gens, commence par un ballet avec des mouvements classiques au début - mouvements rapides et courts - et continue par un fond musical retrouvé, probablement, à la cour française. Les Russes ont su bien employer la musique pour souligner les moments les plus importants de la pièce.
Le décor a été très simple, ce qui dénote le modernisme même si la pièce a été écrite cent années avant.
Au contraste du décor, les costumes ont été très riches, en respectant la manière de s’habiller spécifique pour l’époque de Marivaux - les acteurs ont utilisé des perruques, des manteaux, des épées.
Les acteurs ont été appréciés par leur jeu car ils ont su “entrer dans la peau” du personnage.
L’idée de Marivaux de transformer utopiquement les maîtres en esclaves pour un moment, transposée de nos jours, s’enrichit des messages dûs à leur contextualisation. Si on regardait chaque bouleversement de la vie comme source de bénéfices sur le plan du “bon coeur, de la vertu et du caractère”?

Adela Pintea, Diana Fantaziu, Daiana Plai, Xe F,
Collège National “Moise Nicoarã”

IMPRESSIONS:
Fanny, Quebec:
Je crois que c’est une bonne pièce, mais le décor a été pire que les autres. Les bons points: la qualité de leur français, de très bons costumes et les acteurs ont joué très bien.
Matteo, Elisa, Italie:
La pièce a été comme ci, comme ça. Le sujet a été monocorde.
Liesbeth, Belgique:
Ennuyante. Les costumes super, dialogue long, pas clair, sec.
Mélanie, Gaëtan, Pascale, Noémi, Roxane, Laurent, France:
Non, on a pas tout compris, ennuyante, pièce classique pas très originale.
Line, Belgique:
Ça a duré trop long, c’était un peu difficile à suivre. Les costumes étaient originaux.
Alicia, France:
J’ai aimé le thème et les costumes, mais j’ai trouvé que c’était un peu trop long et que ça a manqué du rythme.


Un
présentateur
pas comme
les autres

Une belle cérémonie
Baia Mare - ROUMANIE

Notre admiration pour la troupe de Baia Mare et définitivement conquise par leur jeu. Avec eux et grâce à eux nous avons appris à chercher et à trouver le comique dans le tragique.
Le décor même a été presque absent de la scène, justement pour focaliser notre attention sur le jeu des acteurs et sur les symboles. C’est d’ailleurs le jeu des acteurs qui a rempli toute la scène et, à la fois, nos coeurs.
C’ètait impresionnant aussi la manière dont ils avaient réalisé cette tragi-comédie où symboles et absurde, plaisirs et souffrances, rires et pleurs se mêlaient. On pourrait même se demander où commence la tragédie et où finit la comédie, sans pouvoir y répondre car, dans l’animation de la vie et des sentiments, tout est mélangé.
Le point fort du jeu des acteurs nous a paru être cette alternance de la joie et du chagrin, ce décalage entre la sobriété d’une cérémonie d’enterrement (costumes adéquats, discours religieux) et les contenus de ces discours. Humour noir, mais aussi intégration de la mort dans la vie, jeux comiques, des contrastes et des décalages, tout cela c’est la vie, c’est la mort, c’est l’homme qui vit, c’est l’homme qui meurt.
Le public a pleinement participé à cette “belle cérémonie”, en réagisant par des rires et des applaudissements. Si le sujet de la mort nous a fait tous sourire et même rire, pour revenir finalement à la sobrieté, c’est grâce au jeu des acteurs, c’est grâce aussi à une excellente mise en scène.

Marius Mitrache, Diana Berindei, XIe C
Lycée Pédagogique “Dimitrie Tichindeal”

IMPRESSIONS:
Stefan, Serbie
: C’était magnifique! J’ai adoré la musique, la danse, les costumes.
Petru, Dej: J’ai aimé que la comédie fût combinée, associée avec le drame. C’était extraordinaire.
Vladimir, Serbie: C’était la meilleure pièce que j’aie vue. C’était simple mais bonne.
Anca, Arad: J’étais absolument sûre que les jeunes de Baia Mare allaient faire un bon spectacle parce que chaque année ils nous ont habitués à cela. J’ai beaucoup aimé.
Adrian, Bucarest: C’était une pièce excellente, je n’ai rien à dire, à commenter.
Toussaint, Bucarest: La sonorité, les gestes, le jeu et la mise en scène parfaits.
Alex, Bistrita: J’ai aimé absolument tout et spécialement la manière dont les acteurs ont abordé l’humour noir. Si je pouvais leur donner une note, ça serait au-dessus du maximum.
Ilenia, Elisa, Jacopo, Davide, Italie: Très amusante, jolie, sympatique, on ne s’est ennuyés pas du tout. Même s’ils n’ont pas eu une scénographie riche, ils ont exprimé très bien le thème. La musique a été très bien choisie, ils ont eu un bon français, ils ont réussi à convaincre le public à rire. Bravo, Baia Mare, c’était super.
Elena, Eva, Blanca, Espagne: La pièce a été très bonne, c’était la meilleure. En un mot: magnifique.
Andreea, Curtea de Arges: C’étaient les meilleurs, ils sont un exemple, tout le monde devrait les suivre. A cette heure je ne m’attendais pas que quelqu’un puisse me faire rire comme ça.
Cécile Chevallier, France: J’ai vraiment adoré la pièce. C’était drôle, très dynamique et avec beaucoup d’inventivité. C’était genial. Ce type de pièce fait du bien à voir.
Emilian, Alexandru, Constanta: Ce que nous avons aimé le plus c’était l’attention aux détails. La partie la plus intéressante et originale c’était celle avec la bière.
Claudiu, Constanta: Je l’ai vu comme une parodie entre la vie et la mort et j’ai aimé qu’ils eussent fait participer le public.
Benjamin, France: J’ai bien aimé la pièce. C’était un vrai délice plein de bonnes idées.


Les journalistes au travail


Rédaction: Luminita Pilan, proffeseur Lycée Pédagogique "Dimitrie Tichindeal"
Mise en page: Tickã Nistor
Direction de la redaction: Aurora Lupu, Florica Suciu, Adriana Filip

 

 

 


© Amifran 1991 - 2017